www.mamboteam.com
Hypersomnie idiopathique, hypersomnies centrales primaires et secondaires; somnolence, fatigue et sommeil  
Accueil arrow Hypersomnies secondaires arrow Hypersomnies expérimentales
26-04-2017
 
 
Menu principal
Accueil
Le sommeil
Hypersomnie idiopathique
Hypersomnies secondaires
Narcolepsie avec cataplexie
Thèse de Neurosciences
Liens
Plan de Hypersomnies.fr


Image Exemple



hypersomnies expérimentales Convertir en PDF 

hypersomnie harmonieuse induite par coagulation du tiers rostral du locus coeruleus.

Petitjean F, 1975. Hypersomnie par lesion  isthmique chez le chat. Etude neurophysiologique et pharmacologique.

 

 

Hypersomnie avec excés de sommeil lent profond par injection de muscimol au niveau de la partie ventrolatérale (pars tuberalis) de l'hypothalamus postérieur du chat.

Lin JS, 1989, A critical role of the posterior hypothalamus in the mechanisms of wakefulness determined by microinjection of muscimol in freely moving cats.

Ces résultats soutiennent l'hypothèse que l'hypothalamus postérieur joue un role critique dans les mécanismes de veille et que le sommeil puisse résulter d'un blocage fonctionnel ducentre de sommeil hypothalamique.

 

 

Hypersomnie avec excés de sommeil paradoxal induite par injection de muscimol (agoniste GABA-A) au niveau de la substance grise péri-acqueducale ventrale du chat.

Sastre JP, 1996. Importance of the ventrolateral region of the periacqueductal gray and adjacent tegmentum in the control of SP as studied by muscimol microinjections in the cat

Chez le chat il a été conclu  que l'inactivation des neurones de la substance grise péri-acqueducale ventrale induisait une augmentation très importante du sommeil paradoxal. Le mécanisme exact reste à déterminer.

 

 

Narcolepsie induite par dégenrescence des neurones hypocrétinergiques.

 

Hara J, 2001. Genetic Ablation of Orexin Neurons in Mice Results in Narcolepsy, Hypophagia, and Obesity.

La dégénérescence des neurones hypocrétinergiques entraîne non pas une hypersomnie mais une narcolepsie 

 

 

Difficulté à maintenir l'éveil chez des souris avec absence génétique de neurones histaminergiques. 

Parmentier R, 2002. Anatomical, physiological, and pharmacological characteristics of histidine decarboxylase knock-out mice: evidence for the role of brain histamine in behavioral and sleep-wake control. 

L’absence génétique de neurones histaminergiques chez la souris est associée non pas à une hypersomnie, mais à une difficulté à maintenir l’éveil dans des situations de défi, comme le placement dans un nouvel environnement.

 

 

Dernière mise à jour : ( 05-11-2007 )
 
 
Top! Top!